LES MASQUES DE LA VIE

1976

            Ce poème, traduisait principalement mon mal-être général et mon écoeurement. Ce qui m'irritait le plus, c'était l'hypocrisie des gens, leur facilité à jouer au caméléon en changeant de figure, au gré de leurs pérégrinations. Tantôt euphoriques ou silencieux, ces personnes me donnaient envie de vomir et attisaient mon courroux ; ce qui n'a pas changé d'ailleurs ;-)) J'étais d'autant plus sensible à ces variations brusques, que mon second mariage en était le triste reflet. D'un naturel enthousiaste et plein d'allant, je me refermais lentement dans ma coquille...

Texte

Accueil Récital

PLAN DU SITE